Back to top

Une réussite économique et sociale

Trois quarts des agriculteurs français adhérent au moins à une coopérative. Les coopératives agricoles, qui défendent une vision entrepreneuriale de l’agriculture misant sur le collectif pour être compétitifs, sont le bras armé du développement de l’agriculture française !

1. Le modèle coopératif agricole, pilier de l’économie française

Un acteur économique majeur pour le pays :
- 165 000 salariés
- 85,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires
- 40% du chiffre d’affaires de l’agroalimentaire français
- 2600 entreprises
- Une marque alimentaire sur trois est coopérative
- Une bouteille de vin sur deux est issue de caves coopératives

La coopération agricole est un secteur très dynamique. Son périmètre évolue, les coopératives cherchant à atteindre une taille critique pour faire face aux défis d’une économie globalisée.
Ainsi, le secteur se caractérise par une multiplication des opérations de rapprochements ou de croissance externe, avec 67 opérations sur les 11 premiers mois de l’année 2016, dont 22 pour les seuls mouvements entre coopératives. Une évolution que l’on peut caractériser par trois mots-clés : « développement international », « renforcement des leaders coopératifs » et « croissance externe ».

Le monde de la coopération agricole se caractérise également par la diversité des tailles d’entreprises où les petites structures occupent une place prépondérante. Parallèlement, le paysage coopératif agricole compte de grands groupes coopératifs au rayonnement international. Une diversité source de complémentarité, de compétitivité et de durabilité.

- Trois salariés sur quatre employés dans des TPE et PME
- 2600 entreprises coopératives
- Plus de 2300 TPE/PME
- 146 entreprises de taille intermédiaire
- 11 545 CUMA (coopératives d’utilisation de matériel agricole)
- Parmi les 15 grands groupes coopératifs français, 6 se classent dans le top 20 européen et 3 dans le top 20 mondial.


2. Les entreprises coopératives agricoles, acteurs essentiels de l’emploi et de la formation 

L’emploi coopératif, c’est toute une économie ancrée dans les régions et bassins de productions agricoles des coopérateurs. 
74% des sièges sociaux des coopératives sont en zone rurale.

Il représente aussi un large éventail de métiers, de fonctions et de compétences. Plus de 650 métiers sont en effet répertoriés par les conventions collectives de la coopération agricole, allant de l’ouvrier spécialisé au chercheur en chimie verte.

- 165 000 salariés travaillent dans les coopératives agricoles et leurs filiales - un effectif en légère progression depuis 5 ans malgré le contexte économique. 
- 3 600 contrats d’apprentissage (2015)
- 1 100 contrats de professionnalisation (2015)
- 9 700 recrutements dont 5 000 personnes de moins de 30 ans (2016)
- 56% de recrutements en CDI
- 68% de recrutements d’employés / ouvriers
- 22% de techniciens/ agents de maîtrise
- 10% de cadres

Enfin, ce qui caractérise l’emploi coopératif, c’est une politique sociale imprégnée du modèle et inscrite dans le long terme. A ce titre, les coopératives agricoles sont particulièrement actives dans le domaine de la formation. Les entreprises coopératives de 10 salariés et plus consacrent en moyenne 1,4 % de leur masse salariale à la formation, dépassant ainsi leur obligation minimale (1 %).
Aussi, les entreprises coopératives agricoles développent une ingénierie de la formation ambitieuse pour les agriculteurs-coopérateurs. L’objectif : adapter la vision du modèle coopératif aux enjeux d’un monde qui change grâce à l’ingénierie financière, au pilotage stratégique ou encore au développement de l’intelligence collective.

Un modèle tourné vers l’avenir
La majorité des coopératives ont mis en place des moyens pour aider des jeunes à s’installer, pour assurer le renouvellement des générations : conseils techniques renforcés, avances financières durant une période limitée, formation, voire même dans certains cas, acquisition de terres.


3. Les entreprises coopératives, premier acteur économique des zones rurales

Les territoires ruraux étant autant de symboles du patrimoine culturel français, les coopératives agricoles permettent la préservation d’une France à laquelle les Français sont profondément attachés.

Elles sont souvent le principal employeur en zone rurale, en y structurant les filières agroalimentaires ou non alimentaires souvent jusqu’au produit fini et en créant ainsi des emplois directs et induits.

Les trois quarts des sièges sociaux des coopératives agricoles sont implantés en zone rurale.
La coopération agricole est le 1er employeur des territoires ruraux.

Au-delà de ce rôle économique, elles exercent une action de maillage du tissu économique et social local. Premier rempart contre la désertification de certaines zones rurales, elles jouent un rôle de limiteur des risques de fracture sociale, de barrage à l’isolement. Les coopératives agricoles contribuent à maintenir des services fondamentaux pour la population (école, commerçants, médecins...). Elles participent au maintien d’une vie collective en se mobilisant pour créer du lien (avec les circuits courts, par exemple).


4. Des sociétés coopératives engagées dans l’innovation durable 

Fortes de leur vision long terme, les coopératives s’investissement pour l’avenir des générations futures ! Elles sont mobilisées pour créer de la croissance verte pour les agriculteurs et les consommateurs et répondre ainsi aux enjeux l’éco-consommation de demain.

Les entreprises coopératives participent à 11 pôles de compétitivité, moteurs de croissance et d’emplois. 

Les coopératives agricoles accompagnent leurs adhérents et engagent leurs activités industrielles pour la mise en œuvre, de démarches concrètes de développement durable : énergies renouvelables, photovoltaïque, méthanisation, agronomie technologique (diminution des intrants), bio matériaux, bio plastiques, nutrition santé, biotechnologies, agro énergies, génomique, cosmétique, autre chimie verte ou blanche.


5. Un modèle coopératif ouvert sur le monde

Se déployer là bas pour créer de la valeur et de la fierté ici en France sont les maîtres mots du développement international de la coopération agricole ! 

6 groupes coopératifs agricoles (InVivo, Tereos, Terrena, Sodiaal, Vivescia, Agrial,) se positionnent en 2016 dans le top 20 européen des coopératives agricoles.

En rayonnant dans le monde tout en restant ancrées dans leurs territoires, plusieurs entreprises coopératives sont devenues des champions internationaux (céréales, malt, sucre, semences, foie gras, champagne, insémination animale...) ou européens (lait et produits laitiers, fruits et légumes frais ou en conserves...).

Leurs atouts : un savoir-faire qualité reconnu, une gastronomie plébiscitée ou encore une capacité à s’allier !