Stéphanie Barolo
Garun - Paysanne
Bretagne
Grâce à la formulation, la coopérative est très réactive sur les marchés des matières premières, au service des adhérents et des consommateurs

Stéphanie Barolo est formulatrice au sein de la coopérative Garun-Paysanne. Son métier est au croisement de l’économique, de la zootechnie et de l’industriel : grâce à elle, les adhérents de la coopérative peuvent nourrir leurs animaux au plus proche de leurs besoins, permettant à la coopérative de rationaliser ses dépenses, pour mieux réinvestir sur le long terme et dans la région.

En savoir + : 

« La formulation, nous explique Stéphanie Barolo, c’est d’un côté des besoins nutritionnels des animaux pour leur croissance ou leur production de lait, de viande ou d’oeufs, et de l’autre des matières premières (maïs, blé, orge, colza, tournesol, etc.), dont les qualités et les prix sur les marchés varient ». Son rôle consiste donc à adapter les dosages de chaque matière première dans les aliments fournis aux adhérents, afin que les animaux bénéficient d’apports de qualité et adaptés à leur race, leur taille, leur poids, leurs besoins et leur état physiologique. Une truie gestante par exemple n’a pas les mêmes besoins qu’une truie allaitante et encore moins qu’un porcelet ou qu’un porc charcutier.

C’est pourquoi en réajustant chaque mois ses 450 formules, Stéphanie Barolo cherche toujours à améliorer l’efficacité nutritionnelle et la compétitivité de ses recettes : « Il y a quelques années par exemple, les taux de phosphore dans les aliments n’étaient pas les mêmes. Nous cherchons toujours à faciliter l’assimilation des nutriments par les animaux, les connaissances évoluent constamment ». Les produits sont d’ailleurs régulièrement contrôlés, tant au niveau des matières premières que des aliments fabriqués, par des organismes extérieurs, et Garun-Paysanne bénéficie de la certification Oqualim.

Ce service formulation est interne à la coopérative, et une grosse partie de la matière première est fournie directement par les coopérateurs. « Nos ‘clients’, ce sont nos adhérents éleveurs, qui sont les propriétaires de l’entreprise », précise Stéphanie Barolo. Le nombre d’intermédiaires est donc limité, et il n’est pas rare qu’un adhérent l’appelle directement pour se faire conseiller sur la meilleure façon de nourrir ses animaux.

La nutrition animale est par ailleurs le premier maillon de la chaine alimentaire de l’homme, avec des conséquences directes pour les produits que l’on retrouve dans nos assiettes. « On fournit des aliments nutritionnels plus équilibrés aux animaux, précise Stéphanie Barolo, ce qui donne par exemple des viandes moins grasses pour le consommateur, ou bénéficiant d’apports en vitamine plus maitrisés ». Des viandes de qualité supérieure, qui permettent notamment aux productions de Garun Paysanne de bénéficier du prestigieux Label Rouge. La formulation joue donc un rôle particulièrement important dans la qualité de ce que nous pouvons consommer.

La réactivité du service formulation et le fait que les aliments soient produits directement dans l’usine de la coopérative représentent un avantage compétitif indéniable pour Garun-Paysanne. Des économies pour mieux réinvestir les résultats dans l’outil de production et apporter un retour économique aux agriculteurs, tout en améliorant la qualité de l’alimentation des animaux, et donc des hommes, voilà un cercle vertueux que le modèle coopératif permet de mettre en place.