Back to top
nos combats cooperatifs

Coopératives céréalières et betteravières

Le train plutôt que le camion pour transporter les céréales et le sucre.

Partager sur :
Responsabilité environnementale
07/08/2018 - 16:03

Transporter les céréales et le sucre par le rail c’est beaucoup plus écologique que par la route. Fort de ce constat et devant la fermeture annoncée des « voies capillaires », ces lignes de chemin de fer qui irriguent les campagnes à partir des axes principaux, 7 coopératives de Champagne-Ardenne se sont mobilisées en 2015. Aujourd’hui, ce combat est gagné : une dizaine de lignes SNCF d’une longueur totale de 423 km ne seront pas fermées et continueront à aller chercher le blé et le sucre produits par les agriculteurs de la région, pour les livrer à leurs différents transformateurs. Au total ce sont 40 000 trajets de camion qui seront évités annuellement. Ce qui signifie moins d’accidents, des émissions de CO2 en baisse, des routes moins dégradées. Les coopératives agricoles se sont engagées à financer la maintenance des voies à hauteur de 2 €/tonne transportée/an pendant 5 ans. En contrepartie, la Région Grand Est, l’Etat, SNCF Réseau, les départements de la Marne et des Ardennes et des communautés de communes financent leur réhabilitation et leur mise aux normes à hauteur de 30 millions d’€.

objectifs
Goal

Réduire les émissions de CO2

Goal

Diminuer les risques d’accidents

Goal

Conserver des emplois ruraux

preuves

40 000

trajets en camion évités

Le Grand Est est la première région productrice de blé d'Europe

423

km de voies SNCF secondaires réhabilitées

Les coopératives sucrières et de céréales participent à l’aménagement du territoire en entretenant les voies ferrées secondaires

Les coopératives s'engagent à financer l'entretien des voies

30

millions € investis

Les coopératives sucrières et de céréales participent à l’aménagement du territoire en entretenant les voies ferrées secondaires

la coopérative

Le combat des coopératives de Champagne-Ardenne

La Fédération des Coopératives de Champagne Ardenne et 7 coopératives de la région ont mené ce combat : Cristal Union et Tereos (sucre), Acolyance, Coopérative d’Esternay, Novagrain, Scara et Vivescia (céréales). Les coopératives collectent et transforment la majorité des 10 millions de tonnes de céréales du Grand Est, première région productrice d’Europe. Les coopératives ont développé des industries de transformation sur leur territoire pour minimiser les transports et fixer de l’emploi local. Substituer le train au camion est une des facettes de leur engagement en faveur d’une agriculture et d’une transformation agroalimentaire plus durables.

-