Back to top

[Presse[ "Le président de Coop de France de passage à Orléans"

Partager sur :

Logo république du Centre22/06/2018

Le président de Coop de France de passage à Orléans

Michel Prugue a rencontré les adhérents régionaux de Coop de France, à la chambre d’agriculture d’Orléans, au cours d’une tournée des territoires.

Michel Prugue, 59 ans, président national de Coop de France, est venu, récemment, à Orléans, à la rencontre des adhérents régionaux pour les inciter à s'exprimer sur la plateforme legranddebatcooperatif.coop.

Quelle est la raison de votre présence à Orléans ? Cela rentre dans le cadre de tournées régionales, à la rencontre des adhérents des coopératives agricoles et agroalimentaires. Nous avons écrit notre projet stratégique en décembre 2015 et, depuis, l'environnement a changé. Nous voulons analyser ces changements.

Quels changements, par exemple ? Qui aurait imaginé que l'Assemblée soit au trois-quarts renouvelé par des élus sans expérience politique ? Qui aurait imaginé que la société civile s'exprime autant sur l'agriculture et l'alimentation sur les réseaux sociaux ? Que n'importe qui créerait des applis ? Qu'il y aurait un tel accès à la technologie ?

Que proposez-vous ? D'habitude, nous rencontrons les élus et les dirigeants des coopératives mais rarement les salariés. Nous avons ouvert une consultation en ligne, legranddebatcooperatif.coop, accessible à l'ensemble des salariés, sur six thèmes, sensiblement les mêmes que ceux abordés lors des états généraux de l'alimentation.

Quel genre de questions ? Ce sont des questions fermées, avec 81 propositions que la personne peut enrichir. Cette consultation est ouverte depuis la fin mars jusqu'à la fin septembre.

Qu'en espérez-vous ? Cela permettra à tous de s'exprimer, de remonter des informations qualitatives sur le ressenti des débats des états généraux de l'alimentation, sur la gouvernance, la protection des ressources naturelles… Pour savoir si notre stratégie est en phase. J'espère que cet outil sera démocratisé, en temps réel, pour moderniser la gouvernance des coopératives. Il faut que les salariés se l'approprient.

Quelles sont, selon vous, les évolutions nécessaires pour répondre aux attentes de la société ? Il faut que les instances dirigeantes soient représentatives, fassent place aux femmes, aux jeunes… Il y a aussi le sujet des relations commerciales. Nous cherchons comment inventer, rénover le modèle coopératif, en analysant les attentes des adhérents.

Il y a, par exemple, une grande attente en faveur du bio, encore très minoritaire chez les agriculteurs. Au départ, il n'y avait pas de marché. Aujourd'hui, 25 % des coopératives sont engagées dans le bio. Cela va continuer à se développer avec le marché.

Comment réagissez-vous aux reproches des consommateurs ? Il faut voir comment communiquer. Il faut savoir que le consommateur ne paie pas le juste prix. Des produits sont vendus sous le prix de revient, à cause de la guerre commerciale entre les enseignes.

Et sur l'utilisation du glyphosate ? Au départ, il y a une cabale contre Monsanto. Laissons aux instances sanitaires le temps de l'expertise. Nous avons les technologies pour limiter les produits phytosanitaires. Mais cela nécessite des investissements conséquents ! Il faut être capable d'amortir… au moment où l'on importe des produits qui ne sont pas soumis aux mêmes règles que nous. Il faut que le politique réponde à ces questions.

Quelles sont les avancées sur le revenu des agriculteurs ? On parle de prix inversé : mais au final, c'est le marché qui commande. Il faut plutôt s'intéresser au seuil de revente à perte, et à la déflation sur les produits alimentaires. Il faut pouvoir renégocier les prix quand les cours fluctuent, et ne pas produire plus que ce que le marché consomme.

Quelles seront les conséquences de la grève SNCF ? C'est dramatique. Cela va augmenter les coûts. De plus, les coopératives ne se sentent pas assez accompagnées à l'export, sous prétexte que nous ne sommes pas assez compétitifs. Mais les pays émergents ne vont pas toujours garder le même écart de compétitivité.

Carole Tribout

(Consultez en ligne l'article sur La République du Centre)