Back to top

[Presse] "La coopération, un modèle d’avenir ?"

Partager sur :

Logo Paysan Breton 29/06/2018

La coopération, un modèle d’avenir ?

Cette question, posée par Michel Prugue, président de Coop de France, clôturait l’assemblée générale de Triskalia. Après avoir rappelé la force du collectif, en particulier dans les situations de crise, l’agriculteur du sud-ouest a décliné ses arguments, avant de répondre aux questions de la salle.

Un chiffre déjà : 75 % des agriculteurs français adhèrent à au moins une coopérative. Elles sont 2 500 en France (auxquelles s’ajoutent les 12 260 Cuma) et représentent 40 % du chiffre d’affaires de l’agroalimentaire national. D’ailleurs, une marque sur trois est coopérative. Ces chiffres montrent bien le poids de la coopération en France. Un autre souligne son impact territorial : 74 % des sièges sociaux des coopératives se situent en milieu rural.

Peur du lobbying

Ceci posé, Michel Prugue a mis l’accent sur quelques grandes tendances actuelles. La première, et personne ne le contredira, est que nous sommes dans un monde en transition. Illustration avec la mutation politique, comme le montre le renouvellement quasi inédit de notre assemblée nationale (75 % de nouveaux députés en 2017). Le président de Coop de France a expliqué que cela a pour conséquence de bouleverser les lieux d’échanges, avec de la méfiance envers les instances intermédiaires, notamment par peur du lobbying. D’où l’importance que chaque coopérative agisse sur son territoire et soit présente dans les débats. Les pratiques changent également, avec la généralisation du principe de consultation publique. États généraux de l’alimentation, Pacte, débat sur la transition énergétique… les opérations lancées pour recueillir l’avis des citoyens se multiplient.

Pour Michel Prugue, les coopératives doivent aussi utiliser cet outil. Coop de France a d’ailleurs lancé « Le grand débat coopératif », une consultation de grande ampleur qui s’adresse aux adhérents et aux salariés des coopératives (voir encadré). Nos marchés sont également en pleine mutation. Exemple avec la Russie qui (re)devient le grenier du monde et peut ainsi exercer une pression sur les autres pays. Autres tendances fortes : la consommation de viande en baisse, le développement du bio, du local… sont autant d’enjeux pour la coopération. La distribution n’est pas en reste et les nouveaux modèles exercent une pression accrue sur les prix. Michel Prugue poursuit par un troisième phénomène : la « Food Tech », qui se développe de la fourche à la fourchette à une vitesse sans précédent. Intelligence artificielle, nouveaux produits, nouveaux outils et nouveaux services sont quelques-unes des évolutions auxquelles nous devons participer, même si l’espace-temps agricole, adapté à la saison, peut paraître bien différent.

Être porteur de sens

Enfin, le rapport à l’entreprise évolue. Celle-ci ne peut plus se contenter d’être un acteur économique. Les jeunes expriment des attentes nouvelles par rapport au monde du travail. Le monde agricole les attirera s’il est porteur de sens. Dans ce contexte, certains se donnent une image de coopérative mais ne sommes-nous pas les plus légitimes pour communiquer sur nos valeurs ? Face à tous ces enjeux, Coop de France a défini sa stratégie, « coopérer pour le bien commun », dont l’approche se veut positive, porteuse de solutions, soulignant les aspects humains et permettant de nous protéger contre les mises en cause.
Ses grands axes sont : une alimentation saine et durable, des territoires dynamiques, les hommes et les femmes. La coopération est donc bien un modèle d’avenir, dans la mesure où elle garde une proximité forte avec ses adhérents (dans le conseil technique, l’accès aux innovations et le pouvoir de décision), mais aussi, dans la mesure où les adhérents participent à la vie de leur coopérative. 

Le grand débat coopératif
Coop de France s’adresse à tous les adhérents et salariés de coopératives et leur propose de s’exprimer, via un sondage et des propositions, sur les grands enjeux du monde agricole. Objectif : définir une vision d’avenir pour l’agriculture et l’agroalimentaire coopératif. Pour vous exprimer : legranddebatcooperatif.coop jusqu’en septembre 2018.

(Lire l'article en ligne sur Paysan Breton)