Back to top
Accompagne l'agriculture durable

Un engagement stratégique pour les coopératives, l'exemple de VIVESCIA

Partager sur :

Produire durable pour respecter l'environnement, répondre aux attentes des clients et des consommateurs et assurer un revenu correct à l'agriculteur

Les demandes des consommateurs évoluent rapidement et les méthodes de production agricole également. 

L’agriculture durable constitue un véritable fil rouge de la stratégie de VIVESCIA, un engagement pour une autre façon de faire afin de permettre aux agriculteurs de produire autant, voire plus, mais autrement. Intelligence et bon sens sont les maître-mots d’une approche à la fois pragmatique et volontaire. Cela se traduit concrètement par une démarche sur mesure pour et avec chaque agriculteur, un accompagnement individuel et personnalisé, en plusieurs phases qui s’inscrivent dans une démarche de progrès. Un important volet recherche et innovation complète le dispositif.

Un accompagnement essentiel vers une agriculture durable, pour répondre aux attentes des consommateurs

VIVESCIA a élaboré sa propre définition de l’agriculture durable:

  • une agriculture qui produit une alimentation quotidienne, saine et de qualité ;
  • par des pratiques de production respectueuses des ressources et des territoires ;
  • en assurant le lien essentiel avec les consommateurs et les citoyens.

Cette agriculture valorise le rôle et le savoir-faire des agriculteurs et leur permet de vivre durablement de leur métier.

VIVESCIA a pointé les enjeux correspondant à cette définition, c’est-à-dire sa mission, en tant que coopérative, vis à vis des agriculteurs-coopérateurs. Cette mission consiste à accompagner les agriculteurs vers des pratiques innovantes, économiquement rentables, respectueuses de l’environnement pour proposer aux consommateurs des produits alimentaires et agricoles, issus de son territoire, qui répondent à leurs exigences.

Accompagner, cela veut dire, en fonction d’un diagnostic qui prend en compte huit indicateurs de la durabilité de l’exploitation*, proposer des plans d’action adaptés à la situation de chaque exploitation. Ces plans d’action s’élaborent à partir d’un référentiel de 105 actions “durables” que la coopérative a construit. Concrètement, un plan d’action c’est la mise en œuvre de 2 à 4 fiches-action.

Un vrai plan de progrès annuel

A l’aide du diagnostic de l’exploitation, l’adhérent et son conseiller technique décident ensemble d’un thème ou plusieurs thèmes à travailler sur toute la durée de la campagne et du plan d’action qui en découle. Il s’agit d’un travail en co-construction entre le conseiller technique et l’adhérent, adapté à la spécificité et aux projets de chaque exploitation. Voir ici le témoignage d’un agriculteur-coopérateur.

légumineuses agriculture durable
Cultiver des légumineuses permet d'utiliser moins d'engrais. © VIVESCIA

L’augmentation de la part des légumineuses** dans l’assolement, le raisonnement de la fertilisation, le développement de variétés économes en intrants, l’utilisation des outils d’aide à la décision (OAD) qui permettent d’apporter la juste dose, au bon moment, au bon endroit, l’aménagement des exploitations et les couverts multi-espèces sont les actions concrètes incontournables de ces plans d’action. Un autre point de progrès concerne la protection de l’utilisateur contre les risques de contamination avec des pesticides ou des engrais chimiques.

Le respect des sols est une dimension fondamentale de l’agriculture durable

Dans les autres initiatives prises par VIVESCIA pour accompagner la démarche agriculture durable il faut noter l’accélération du déploiement de l’agriculture de conservation au travers du club VIVESCIAgrosol qui regroupe près de 300 membres, répartis en 15 groupes sur tout le territoire. Les 3 composantes de l’agriculture de conservation sont l’approche "système" et son incidence sur le fonctionnement du sol, la couverture du sol ainsi que la construction de rotations performantes et pertinentes. Ces méthodes permettent de protéger la vie du sol et d'y conserver la matière organique, bénéfique à la production, et de capter un maximum de CO2 grâce à la couverture du sol, participant ainsi à la lutte contre le changement climatique. 

* la sécurisation du revenu, la protection des utilisateurs, le respect de la réglementation, la mutualisation du matériel, la gestion des fertilisants, l’optimisation des traitements phytosanitaires, la conservation de la fertilité des sols, la préservation de la biodiversité.

**les légumineuses (pois, luzerne, féverolle, soja), sont des plantes qui trouvent dans l’air ambiant l’azote dont elles ont besoin pour leur croissance ; elles n’ont donc pas besoin de recevoir d’engrais chimique.

Pour en savoir plus sur Vivescia

Crédit photo principale: © Axel Coeuret