Back to top

DES ARBORICULTEURS SE MOBILISENT

Partager sur :

Moins de pesticides grâce à des pommes tolérantes à la tavelure

Diminuer le recours aux produits phytosanitaires est une préoccupation constante des producteurs agricoles conscients de leur responsabilité environnementale. Ils sont de plus en plus nombreux à s’engager dans une agriculture durable. Pour répondre à la demande de consommateurs soucieux de leur santé et préserver la qualité de l’eau des nappes phréatiques, mais aussi pour leur propre sécurité puisque ce sont les producteurs eux-mêmes qui sont le plus exposés.

En arboriculture de nombreuses recherches sont conduites pour sélectionner des variétés moins sensibles, « tolérantes » à telle ou telle maladie. Parmi elles la tavelure du pommier occupe l’un des tout premier rang. Ce champignon provoque des lésions noires ou brunes à la surface des feuilles et surtout des fruits les rendant impropres à la consommation.

Le verger de PERLIM : offrir du goût et des produits sains

Les 2 adhérents du GIE Perlim (Cooplim + Sica du Roseix) dont les pommes sont commercialisées sous la marque Perlim, ont depuis toujours comme unique objectif de produire des pommes répondant aux attentes des consommateurs en termes de plaisir gustatif et de respect de l’environnement.

Après le lancement de sa gamme Opal bio en 2010, le groupement a décidé d’accompagner ses arboriculteurs-coopérateurs dans une transition agroécologique. Au menu de cette démarche : la mise au point de variétés naturellement moins sensibles aux maladies et la mise en œuvre de techniques alternatives. Pratiquement, 68 producteurs sont engagés dans la plantation des variétés Evelina et Opal, des pommiers tolérants à la tavelure et à fort potentiel gustatif. Il est ainsi prévu de planter 20 hectares d’Evelina par an, soit environ 60 000 arbres. D’ores et déjà la récolte 2017 devrait s’élever à 1 500 t contre 900t en 2016. L’objectif à moyen terme est d’atteindre une production annuelle de 5 000 à 7 000 tonnes.

Ces taches de tavelure sur une pomme la rendent impropre à la consommation
Ces taches de tavelure sur une pomme la rendent impropre à la consommation

Diminuer les traitements phytosanitaires

En complément des variétés naturellement tolérantes à la tavelure, les arboriculteurs de Cooplim développent des techniques alternatives à l‘utilisation de produits phytosanitaires. Celles-ci ont pour objectif de diminuer les risques d’infestation par des prédateurs et de diffusion de maladies, d’éviter le recours à des herbicides tout en limitant l'impact environnemental de la production : introduction d’acariens prédateurs, désherbage mécanique, protection physique anti-rongeurs (grillages), irrigation raisonnée en goutte-à-goutte, implantation de ruches. L’objectif est d’innover en conciliant respect de l’environnement et durabilité des systèmes de production qui doivent pouvoir continuer à assurer de l’emploi local dans les territoires.


Zoom sur Perlim la marque aux 2 Appellations d’Origine Protégée

2 adhérents : Cooplim + Sica du Roseix, des coopératives qui regroupent 143 arboriculteurs

50 000 t de pommes dont 90 % de Golden d’altitude

60 % de la production de pomme du Limousin

1 400 ha situés majoritairement en Corrèze pour le verger de pommes.

Marque Perlim donnée en concession à la coopérative LIPEQU pour la commercialisation de la noix du Périgord (3 500 tonnes de potentiel de production soit 30% de l’appellation)

Principal opérateur en pomme du Limousin AOP sur la variété Golden (seule variété à bénéficier de l’AOP en France) et en noix du Périgord AOP.

Cooplim et la Sica du Roseix adhèrent à l’ANPP (Association Nationale pour la Protection des Plantes) et à la démarche « Vergers écoresponsables » dont l’objectif est de créer une troisième voie entre le bio et l’agriculture conventionnelle.

www.perlim.com