Back to top

Annick Brunier. Membre du Bureau du Conseil d’Administration de Limagrain. Comprendre, ensemble

Partager sur :

« La coopération est le meilleur modèle d’entreprise qui soit ; et ce sont les agriculteurs administrateurs qui sont responsables de l’esprit et du résultat de leur coopérative, c’est eux qui en portent la responsabilité ». Annick Brunier administratrice de Limagrain, l’une des toutes premières coopératives de France, en est convaincue.

 

Après des études dans le tourisme et une expérience professionnelle dans le secteur tertiaire, elle rejoint son mari et son jeune frère sur la ferme familiale. Elle est repérée par sa coopérative qui lui propose de devenir administratrice poste qu’elle occupe depuis 2012. « Mon premier souvenir de coopération remonte à 1971 quand j’accompagnais mon père dans les champs de maïs puis en 1975 lorsque mes parents sont partis en voyage aux Etats-Unis avec Limagrain; petite fille, j’étais émerveillée. Pour moi à l’époque la coopérative c’était l’ouverture et l’émancipation ».  Aujourd’hui Annick a muri. Sa passion pour le modèle n’a pas fléchi mais elle a conscience du travail à réaliser pour préserver cette pépite. Et du travail elle en a puisque c’est plus des 2/3 de son temps qu’elle consacre, comme ses pairs, à son mandat d’administratrice et membre du Bureau : 2 réunions de conseil d’administration par mois, au moins un voyage à l’étranger et un séminaire d’une semaine sur la stratégie de la coopérative, des formations régulières sur des thèmes aussi variés que la géopolitique, la finance, la sociologie, l’anglais ou la communication, … Mais aussi, en plus, elle occupe la présidence d’une des activités du groupe coopératif en l’occurrence « Jacquet-Brossard ». « Avec la directrice de la branche nous formons un bon duo et beaucoup de décisions stratégiques sont abordées ensemble ».

« Comprendre » est le premier des 3 maitres mots de l’administratrice Annick Brunier (les 2 autres sont « ensemble » et « bienveillance »). Et pour comprendre il faut apprendre, voyager, travailler, échanger, animer. Ce que la coopérative permet à ses administrateurs de faire en les indemnisant afin de financer un emploi de remplacement sur la ferme. Mais chez Limagrain on ne souhaite pas non plus des administrateurs à vie. La « Limagrain Académie » a été créée pour proposer des formations diverses auprès des jeunes adhérents et les délégués de sections sont très sollicités pour participer à différentes réunions et voyages ; enfin des réunions « club progrès » permettent aussi d’informer et former les associés coopérateurs. Cet ensemble d’activités aide la coopérative à identifier les futurs administrateurs. Bien sûr, cette gouvernance représente pour la coopérative un investissement financier et mobilise des ressources en personnel.

Et il ne faut jamais oublier rappelle Annick que la première fonction de la coopérative est de créer et répartir équitablement de la valeur dans les exploitations du territoire. « Cet objet social doit absolument perdurer et c’est notre rôle d’administrateur d’y veiller avec conviction » conclue-t-elle.