Back to top

L'estive : des conditions d'élevage particulières

Partager sur :

Le pastoralisme, une pratique millénaire qui perdure

Sous nos contrées, le pastoralisme est un mode d’élevage extensif, pratiqué par des éleveurs en zone de montagne ou de collines et pour une durée limitée de juin à septembre. On le nomme également "estive". Il concerne la plupart des animaux d’élevage et présente de multiples avantages : la mise « au vert » des animaux, l’entretien des parcours de montagne et une économie de ressources fourragères. Le reste de l’année les animaux vivent généralement en stabulation c’est-à-dire abrités dans des bâtiments dans lesquels ils ne sont pas entravés.

3000 alpages dans les Alpes pour 92 000 vaches et 770 000 moutons

Dans le massif des Alpes, le mieux étudié mais aussi le plus grand en France, l’élevage pastoral, ou "estive" concerne chaque année 28 % des bovins et 75 % des moutons sur 680 000 hectares dont les ¾ sont situés dans des Parcs naturels. C’est donc une pratique très répandue. Cette activité génère, toujours dans les Alpes, 85 000 journées de travail pour les gardiens de troupeau soit 370 emplois équivalents temps plein annuel.

La plupart des alpages sont la propriété de collectivités, de groupements fonciers agricoles ou de particuliers. Des coopératives interviennent souvent pour gérer la relation entre leurs éleveurs-coopérateurs et les propriétaires ce qui facilite le partage de la ressource et permet l’accès au plus grand nombre.

C’est le cas par exemple de la coopérative Estive du Limon (160 éleveurs-coopérateurs – 1500 bovins) créée à Rodez dans l’Aveyron en 1998. A l’origine de cette Coopérative, c’est un groupe d’éleveurs laitiers Villefranchois au pied du Massif Central, qui se regroupe en 1972 sous forme de GFA (Groupement Foncier Agricole) pour acquérir une montagne dans la région du Limon, un plateau situé face au Puy-Mary (Cantal). Cette démarche avait pour but de sécuriser et de pérenniser les estives car la demande était croissante. Beaucoup d’agriculteurs de la région ne disposaient pas de surfaces suffisantes pour élever leur génisse. Ce système d’estive, permit à certains de passer un cap difficile et pour beaucoup de faire plus de lait sur leurs petites exploitations.

mutualiser les compétences

Aujourd’hui, le GFA perdure et la coopérative s’est vue confier la gestion de l’estive auquel adhérent les propriétaires des cheptels mis en estive dont beaucoup participent de manière concrète à l’entretien et l’aménagement de ces surfaces pastorales. La Coopérative Groupe estive du Limon gère entre autres un site de 350 hectares de surfaces pastorales sur le plateau du Limon dans le Cantal voisin en moyenne montagne qui accueille chaque année plusieurs centaines de génisses qui vêleront en automne au retour à l’étable et deviendront soit des vaches allaitantes qui élèveront leur veau, soit des laitières.

Plusieurs races sont représentées (Aubrac, Salers, Limousines, Simmentals, Prim’holstein,…) avec toutefois une majorité d’Aubracs, une vache rustique, résistante à la vie en altitude ou les nuits sont fraiches. Début juin les animaux arrivent par camion de leurs élevages dans un rayon d’une centaine de km pour être déposes au pied de la montagne qu’elles rejoignent après quelques heures de marche. Un berger assurera leur gardiennage et leur soins pendant toute la saison en alternant séjour sur place et tournées de contrôles.

Une alimentation 100 % naturelle pour le fromage d'estive

L’estive permet aux éleveurs d’augmenter leur surface fourragère donc de ne pas utiliser de fourrage importé d’une autre région et de disposer de plus un temps précieux en cette période de travail intense durant laquelle ils doivent récolter leur propre fourrage pour assurer l’alimentation de tout leur troupeau pendant l’hiver.

Pour les vaches, c’est un séjour dans un environnement particulièrement sain avec une alimentation naturelle et variée, la flore de montagne étant différente. Les surfaces pastorales, véritables espaces naturels, ne connaissent pas la main de l’homme puisqu’elles ne sont pas labourées ni fauchées. De cette pratique pastorale est tiré le fromage d'estive, au goût si particulier. 

Ces conditions d'élevage permettent de répondre à certains aspects du bien-être animal évoqués dans la définition du terme. 

Qu'est ce que sont les surfaces pastorales ?

Ce sont des surfaces présentant toujours une ressource pastorale spontanée herbacée, arbustive et/ou arborée, dont la valorisation est réalisée exclusivement par le pâturage de troupeaux ovins, bovins, caprins ou équins
alimentation naturelle en estive

La gestion pastorale de l’estive par un tel système coopératif facilite la mise en place d’un projet agro-environnemental et climatique englobant de grandes surfaces pastorales. Un des objectifs de ce travail est de conserver la biodiversité de ces territoires indispensable à l’élaboration de produits agricoles de qualité tout en maintenant leur potentiel fourrager. De plus, les aménagements pastoraux se font en lien avec les zones humides.

L’estive est une pratique d’élevage naturelle qui se maintient en France avec le concours notamment de coopératives. Elle permet à de nombreux éleveurs n'ayant pas les moyens ou la possibilité d'obtenir du foncier, de pouvoir profiter de ressources durables et complémentaires à leur exploitation.

http://groupe-estive-limon.wixsite.com/cooperative-limon