Back to top
lapins en enclos
Bien-être des lapins d'élevage
Partager sur :

Des enclos plutôt que des cages dans les élevages de lapins

Le lapin est élevé avec beaucoup de rigueur. Confort, hygiène, bonnes pratiques d’élevage, alimentation, les éleveurs apportent à leurs animaux une attention toute particulière. Objectif : produire une viande à la saveur délicate et savoureuse pour le plaisir des petits et des grands. Sur la question du bien-être animal qui est une attente forte des consommateurs, les éleveurs de lapins continuent à améliorer leurs pratiques.

Des éleveurs-coopérateurs testent de nouveaux modes d’élevage des lapins

Les éleveurs-coopérateurs de la coopérative CPLB basée en Vendée ont commencé il y a plus de cinq ans à travailler sur de nouvelles cages et de nouveaux types de logements pour les lapins. Pour un meilleur confort des animaux mais aussi de meilleures conditions de travail de l’éleveur, tout en lui permettant de gagner sa vie convenablement. Des éleveurs de cette coopérative ont d’ores et déjà franchi le cap et sont aujourd’hui équipés de parcs collectifs pour élever leurs lapins à chair pendant l’engraissement (phase de croissance des animaux).

De la place pour courir et sauter

D’une surface de 2,8m², les enclos regroupent 35 lapins qui disposent de toute la place disponible pour s’étendre, courir et sauter. Une densité nettement plus faible qu’en élevage conventionnel. En enclos les lapins disposent en effet de 800 cm²/lapin, alors que dans la plupart des élevages en cages traditionnelles, on loge 8 lapins sur 0.38m², soit 475cm²/lapin. Dans les enclos, les lapins n’ont pas de grillage au-dessus de leur tête, ce qui leur permet de se tenir debout. Des mezzanines sont également aménagées pour permettre aux rongeurs de sauter et de s’isoler. Des repose-pattes sont posés sur le grillage au sol et de la luzerne, un fourrage naturel pour le lapin est à leur disposition à volonté. D’autres améliorations sont également en cours d’étude comme par exemple l’installation de cachettes.

Au niveau national, un pacte d’avenir a été signé

Au niveau national, l’interprofession du lapin a proposé un pacte d’avenir qui engage les signataires dans la mise en œuvre d’un plan de progrès et de transformation de la production avec des perspectives durables dans toutes les régions de production de lapin. Un des enjeux majeurs du pacte d’avenir est de faire émerger un ou des nouveaux modes d’élevage respectueux de la santé et du bien-être de l’animal qui répondent aux attentes du consommateur. Cela passe à la fois par le développement des cages bien-être animal en maternité et la mise en place de systèmes d’élevages alternatifs en engraissement.

Les parcs collectifs en passe de devenir la norme européenne

Au Parlement Européen, un rapport d’initiative relatif à des normes minimales sur l’élevage de lapin, a été déposé en 2016. Ce rapport dit ECK du nom de son rapporteur prévoit le remplacement progressif des cages par des parcs collectifs. Si cette résolution devenait une réglementation, le secteur de l’élevage européen devrait modifier la quasi-totalité de ses installations puisqu’aujourd’hui 98 % des lapins européens sont élevés en cages.