Back to top
baptiste cabal
Baptiste Cabal, Président du Cellier des Demoiselles
Share on :

A 23 ans , il est le plus jeune président de coopérative de France

« Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années ». Baptiste Cabal, viticulteur en Corbières, élu président du Cellier des Demoiselles à 23 ans illustre à merveille cette réplique de Rodrigue dans le Cid.

Repéré dès son plus jeune âge par son prédécesseur et encouragé par son père lui-même administrateur, Baptiste rejoint le conseil d’administration de la coopérative en tant que stagiaire, son bac pro viticulture-œnologie en poche, à l’âge de 21 ans. Deux ans après, il est élu administrateur puis, très vite, Président. Un parcours à très grande vitesse donc, constitué d’un coaching serré par le Président sortant qu’il suit dans toutes ses démarches et d’un parcours de formation d’un an pour les administrateurs de coopératives dispensé par Coop de France Occitanie. Il s’y familiarise avec la comptabilité, les relations sociales, le marketing et s’entraîne à la prise de parole en public : « des notions totalement nouvelles pour moi ; au lycée on pensait plutôt à faire la fête entre copains du rugby… ». Baptiste prend rapidement ses marques et insuffle avec le jeune directeur de 33 ans (nommé lui-même directeur à 22 ans) un nouveau souffle pour la cave qui a traversé une période difficile en 2005. A l’époque, un accident commercial prive les adhérents du revenu d’une récolte et demie! Aujourd’hui la confiance est revenue chez les 58 viticulteurs-coopérateurs qui apportent le raisin de 400 hectares. La cave compte 6 salariés et propose des vins de Corbières et du Pays d’Oc. La coopérative s'est lancée dans l’accompagnement de la certification HVE (Haute Valeur Environnementale) du vignoble « avant de se la voir imposée » explique le jeune Président. Elle diversifie ses activités et prépare l’avenir en proposant son chai certifié Ecocert à des apporteurs de raisins bio non associés, et demain, à ses propres adhérents. A l’aise mais sans arrogance, mature mais conscient de ses marges de progrès, Baptiste prend sa mission très au sérieux : « il faut s’accrocher quand même, car j’ai le sentiment d’avoir la responsabilité du devenir de 58 familles ». Tout n’est pas rose pour autant, bien sûr au quotidien. « Il y a parfois des conflits, des adhérents qui râlent, mais quand on peut se parler, expliquer, alors tout s’apaise rapidement ».

cellier des demoiselles conseil d'administration

Le costume n’a pas l’air d’être trop grand pour le plus jeune président de coopérative de France ici avec une partie du Conseil d'Administration de la coopérative. On ne peut que souhaiter qu’il fasse des émules.